C’est manifeste puisqu’ils haïssent les autres hommes : « Bien-aimés, ce n’est pas un commandement nouveau que je vous écris, mais un commandement ancien que vous avez eu dès le commencement; ce commandement ancien, c’est la parole que vous avez entendue. » (1 Jean 2 : 1‑2).Les gnostiques ont enseigné qu’ils étaient au-dessus du péché de par leur adhésion à leur approche de Christ. Ils insistent : « Es-tu le prophète ? Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. Présentation / Introduction. De plus, comme Dieu n’était pas concerné par ce monde, nous pouvions nous comporter à notre gré. Ils peuvent s’appréhender successivement.En tant que juif et témoin oculaire, Jean avait beaucoup à dire sur le rejet de Christ par le judaïsme. Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés., mais y est généralement identifié avec un disciple non nommé, et désigné par l'expression le,. La plupart sont d'accord pour voir Jean lui-même dans l'un des deux disciples qui suivaient Jésus. Ce qui va arriver, c’est une prise de poissons miraculeuse qui fait écho au récit de la première rencontre de Jésus avec les pêcheurs qu’il avait ainsi convaincus (voir Luc 5 : 1‑11). Pierre, Jacques, Jean et André interrogent Jésus sur le mont des oliviers (,), Jésus fait part de ses angoisses à Pierre, Jacques et Jean,Souvent appelé « le bien-aimé du Seigneur », ou celui que Jésus aimait, Jean est considéré comme l'apôtre préféré du,, écoutant attentivement les paroles du Seigneur, les yeux quelquefois fermés pour mieux écouter (La Cène peinte par,que l'on attribue à Saint Jean, il rapporte avec beaucoup de précisions les paroles prononcées par,, chapitres 14 à 17), et en particulier l'envoi de l',Jean fut l'un des trois apôtres (avec Pierre et Jacques) à monter sur la montagne du Thabor, pour assister à la,Lorsque Jésus fut arrêté par le soldats romains, il le suivit jusque dans la cour du Grand-Prêtre, et assista à la crucifixion et à son agonie à,. C’est la chose stupéfiante à propos du Père et du Fils. Elle courut vers Simon Pierre et vers l’autre disciple que Jésus aimait, et leur dit : Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l’ont mis. Une fois la lumière disparue, on trouve la fosse remplie de manne divine. Comme le problème vient en partie du fait que les autorités juives et beaucoup de gens avaient rejeté Jésus en tant que Fils de Dieu – le Messie à venir –, Jean entreprend d’expliquer une fois encore l’expérience qu’il a connue. Le Seigneur dit aux Juifs qui le persécutaient : « J'ai un plus grand témoignage que celui de Jean (Jean 5 : 36). Sans doute connaissons-nous des versions modernes du gnosticisme auquel Jean a été confronté en son temps. Par trois fois, Jean recevra, avec Jacques et Pierre, des révélations spéciales de la part du Seigneur : en assistant à la résurrection de la fille de Jaïrus, à la transfiguration et au jardin de Gethsémané. ».Déçu de leur approche, comme le sera tout vrai serviteur de Christ, Jean-Baptiste répond brièvement : « Moi, je ne suis pas le Christ » (Jean 1 : 20). Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité. Toutefois, c’est un commandement nouveau que je vous écris, qui est vrai en lui et en vous, car les ténèbres se dissipent et la lumière véritable paraît déjà. » (Jean XXI:22).http://www.portstnicolas.org/Jean-Fils-de-Zebedee.html,Icone de la Protection de la Mère de Dieu,Catherine de Sienne, apôtre de réconciliation,https://www.helloasso.com/associations/eglise-orthodoxe-d-europe/collectes/monastere-de-la-tres-sainte-mere-de-dieu-et-de-saint-nectaire-d-egine,Site de référence de l'information orthodoxe,Atelier iconographique des deux Saints Jean,Mc 1,19;1,29;3,17;5,37;9,2;9,38;10,35;10,41;13,3;14,33,Ac 1,13;3,1-11;4,1-19;8,14-25;12,2;13,5;13,13;13,24-25. Jésus lui dit : Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Certains ont alors dit que Jean n’allait pas mourir. Le calice avec le serpent provient de sources apocryphes : contraint de boire du poison pour n'avoir pas sacrifié aux dieux, Jean bénit le calice d'où sortit un serpent. Pourtant nous péchons, mais nous pouvons progresser aux yeux de Dieu. » (Jean 21 : 20‑22). Tous deux aimaient parler de Christ,Lecteurs croyants, le Seigneur nous aime : cette précieuse certitude doit remplir notre coeur ! Il écrit alors : « Après cela, Jésus se montra encore aux disciples, sur les bords de la mer de Tibériade. C’est pourquoi l’Évangile débute par une déclaration sur la suprématie de Jésus en tant que manifestation préexistante de Dieu. Cette façon de faire n'a pas beaucoup changée depuis. Il est et Lui seul la pleine et définitive révélation de Dieu, dans Son amour incomparable, Sa sagesse et Sa puissance.Jésus lui-même a dit de Jean le Baptiseur qu'il était « la lampe ardente et brillante » (Jean 5 : 35). Il n'en fait pas état dans son évangile, mais les trois autres évangélistes en font le récit. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Christ, Lui, était la Parole (Jean 1 : 1). En fait, il est écrit à d’autres fins. L'apôtre Jean ne se nomme jamais dans son Évangile. Jean l'apôtre était un des douze apôtres. Par conséquent, celui « que Jésus aimait » est en train de dire qu’on peut se fier à son récit de témoin oculaire.L’Évangile de Jean a été rédigé à un moment où le gnosticisme commençait à contester la croyance en la venue de Jésus en tant que Fils de Dieu. Cela paraît étrange parce que, pour la plupart, les textes du Nouveau Testament contiennent des renvois aux Écritures hébraïques. Ils lui répondirent : Non. 12 : 12, 25).- Jean (dignitaire juif) : avec d'autres membres de la lignée des principaux sacrificateurs, il fit comparaître les apôtres Pierre et Jean afin qu'ils rendent compte de leur prédication (Act. Les gens ont fini par poser des questions sur l’Évangile, et le faux enseignement gnostique s’est mis à contester la vérité à propos de Jésus. Simon Pierre, qui le suivait, arriva et entra dans le sépulcre ; il vit les bandes qui étaient à terre, et le linge qu’on avait mis sur la tête de Jésus, non pas avec les bandes, mais plié dans un lieu à part. Pour résumer son objectif, il dit : « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas décrits dans ce livre. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. SAINT JEAN, APÔTRE ET ÉVANGÉLISTE. Il a si souvent entendu de merveilleuses paroles de grâce sortant de la bouche du Seigneur (Jean 7 : 46). Les prêtres du temple d'.demandèrent à ce dernier de les débarrasser de Jean, qui commencait à faire des conversions. Ils avaient davantage de « spiritualité » et n’avaient pas besoin de loi pour déterminer leur comportement. Ce n’est pas la voie à suivre dans la vie. 18 : 15). 93. Était-ce cet épisode qui était revenu à l’esprit de Jean dans ce qu’il décrit au chapitre 21 ? Il ne s’agit pas de découvrir un nouveau savoir ésotérique comme l’ont prétendu les gnostiques. Aussitôt, Il les appelle à Le suivre. Elles disent « être d’une grande spiritualité, sans être religieuses ». Or, « après que Jean-Baptiste eut été livré, Jésus vint en Galilée » (Marc 1 : 14). Jésus était-il réellement une personne ? Mais au contraire, ils cherchent à le pousser dans ses retranchements. C’est comme si les gens préféraient n’importe quoi plutôt que la vérité transmise par Dieu à travers Christ.En dépit de l’implication divine à l’égard du monde terrestre, la première partie de la première lettre de Jean se termine par une consigne sur le lien qu’il convient d’établir avec lui : « N’aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Jésus leur dit : Enfants, n’avez-vous rien à manger ? » (versets 15‑17).De là, jusqu’à la fin de sa première épître, Jean évoque la réalité selon laquelle l’ère de l’homme touche à sa fin tandis que l’esprit d’antéchrist se répand. Pécher n’avait, de ce fait, aucune importance.Jean a donc écrit : « La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Ils  sont différents à bien des égards, en raison  de leur caractère, du milieu où ils ont vécu et de la mission qui leur a été confiée.Jean le Baptiseur venait de Judée ; il était le fils d'un sacrificateur. Celui qui prétend être dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres. Dans le dernier numéro, nous avons vu, à travers la réaction des deux frères dans certaines situations, les raisons pour lesquelles cette appellation pourrait se justifier. » (1 Jean 1 : 1‑4).Jean a combattu l’influence grandissante des docteurs gnostiques qui refusaient le témoignage à propos de Christ que l’Évangile apportait depuis le début. C'est comme si quelqu'un suggérait que le soleil a besoin du concours d'une faible lampe à huile, pour être mis sur un piédestal !Les étoiles sont toujours au firmament pendant la journée. Jean, apôtre de l’amour et de la lumière David Hulme. « Et voici de quelle manière il se montra », cette phrase est importante. Il a pour frère un autre apôtre : Jacques le Majeur. Jean répond : « Je ne le suis pas ». Saint Jean le Théologien: synaxaire, vie et conduite. Alors l’autre disciple, qui était arrivé le premier au sépulcre, entra aussi ; et il vit, et il crut. Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Jean était le fils de Zébédée. Mais qui peut imaginer leur présence quand le soleil brille de mille feux ? On notera à cet égard que, dans le vocabulaire philosophique grec, le logos (la Parole) signifie « le Monde ».En revanche, on ne trouve aucune citation ou référence directe à l’Ancien Testament dans les épîtres de Jean. » (Jean 21 : 4‑7). Il voudrait que cessent les questions à son sujet. Pour être,Dans sa grande humilité, conscient de la grandeur de Celui dont il était le précurseur et le témoin, Jean a dit,Toutes sortes de voix se font entendre dans ce monde. Mais la Parole de Dieu.Le Sauveur et le Seigneur est le même, hier, aujourd'hui et éternellement. Il n'y a eu « aucun prophète plus grand que Jean » (Luc 7 : 28) ; son message était des plus solennels. Tous droits réservés.Les apôtres, Partie 19 : Jean, à la lumière du futur,Les apôtres, Partie 20 : Jean : Des messages essentiels.L’apocalypse maintenant, plus tard ou jamais ?Les quatre cavaliers de l’Apocalypse – Partie 1. » (Mal. Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. De plus, il intègre des renseignements sur Jésus dans le cadre de la vie et de la loi des Hébreux ; son travail est organisé autour des jours saints et des fêtes de la vie juive. Il deviendra plus. Des écrits plus tardifs nous disent aussi que le,en croix, avant de rendre l'âme, donne pour mission à Jean de veiller sur sa mère, la,. André et lui étaient venus de loin parce que les besoins de leur coeur n'étaient pas satisfaits. » (versets 7‑11).Alors, vous vous demandez peut-être en quoi cela nous concerne aujourd’hui. Il répond : « Non » (v. 21). Jacques est son frère. Cela peut suggérer la raison pour laquelle, après sa résurrection, Jésus s’est révélé ainsi à ses disciples, sur les bords de la mer de Galilée.Jean écrit : « Le matin étant venu, Jésus se trouva sur le rivage ; mais les disciples ne savaient pas que c’était Jésus. Jean, disciple du Seigneur qui deviendra apôtre, venait de Galilée ; il était le fils d'un pécheur.Toutefois ces deux hommes se ressemblent beaucoup : l'un et l'autre ont passé leur vie à présenter aux hommes le Seigneur qu'ils aimaient et ont toujours cherché à s'effacer derrière leur Maître.Jean le Baptiseur est venu « pour rendre témoignage de la lumière, afin que tous crussent par Lui » (Jean 1 : 7). Les Juifs envoient des sacrificateurs et des lévites lui demander : « Toi, qui es-tu ? Mais l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole : par cela nous savons que nous sommes en lui. « Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point. Jean explique que les gnostiques marchent dans les ténèbres, et non dans la lumière. Jean, par la seule puissance de sa prière adressée à Jésus-Christ, réussit à chasser les serviteurs démoniaques du mage, démontrant que le pouvoir de ce dernier n'était qu'illusion, et à sa prière, la mer engloutit le mage et l'emporta, comme autrefois le Pharaon lancé à la poursuite de Moïse., que vénéraient les habitants d'Éphèse, Jean monta sur la colline où se trouvait une grande statue de la déesse et commença à haranguer la foule païenne. Dès qu'il a fini sa prière, il est entouré d'une lumière si vive que personne ne peut la regarder. Dans la tradition chrétienne, cet évangile lui est attribué, ainsi que trois épîtres, et l'apocalypse, dont l'auteur se présente comme,. Prenons grand soin de laisser Christ,Jean le Baptiseur ne cherchait pas à attirer des disciples après lui, il ne les encourageait pas à.L'un de ces deux disciples qui a entendu Jean le Baptiseur rendre ainsi témoignage ce jour-là, était certainement l'apôtre Jean, celui qui a écrit l'Evangile de Jean. On l'appelle Jean l'Apôtre ou Jean l'Évangéliste ou Jean le Théologien pour le distinguer de Jean le Baptiste. Jésus a donné à l’apôtre Jean, et à son frère Jacques, le nom de « fils du tonnerre » (en grec, boanerges). Jean se mit à prier Dieu, et le temple s'effondra sans porter atteinte à aucune vie humaine., il guérit par ses prières les soldats de son escorte qui avaient tous la dysenterie, et en arrivant dans l'île, il guérit aussi par ses prières le fils d'un notable de l'île, atteint d'un « esprit impur », ce qui lui permit de baptiser toute la maisonnée dès son arrivée., entouré d'une foule de disciples et d'habitants, il bénit la dépouille d'une femme particulièrement pieuse, nommée Drusiana, et celle-ci ressuscita.Au moment de sa mort, il se fait creuser une fosse et y descend en priant Dieu. Il a poursuivi ainsi : « Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. Une autre version de sa mort veut qu'il se soit fait.et recouvrir de terre par ses serviteurs, mais, lorsque ses disciples arrivèrent et voulurent le déterrer, il avait disparu. Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite. » (versets 5‑6). Il leur dit : Jetez le filet du côté droit de la barque, et vous trouverez. Nous reprendrons ce sujet la prochaine fois.© 1999, 2020 Vision.org. Celle-ci, furieuse, tenta de le lapider, mais toutes les pierres frappèrent la statue qui fut mise en pièces, puis les pierres se retournèrent contre ceux qui continuaient à les lancer. Il y a les notions New-Age de ce que Dieu est en train de faire dans le monde. Alors le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : C’est le Seigneur ! » (versets 23‑24). C'est tantôt « l'autre disciple » ou tout à la fin « le disciple que Jésus aimait ». On lui attribue la rédaction d'un des quatre évangiles. Le reste n’est que tromperie : « Si nous gardons ses commandements, nous savons par cela que nous l’avons connu. L'Apôtre est figuré comme un jeune homme imberbe. Ils le jetèrent donc, et ils ne pouvaient plus le retirer, à cause de la grande quantité de poissons. » (versets 7‑10).Le péché est une réalité. Tout ne serait qu’invention, forgée de toutes pièces.L’Évangile de Jean se distingue manifestement beaucoup des évangiles synoptiques. Cependant, Jean continue en rappelant que l’obéissance à la voie de Dieu est la preuve que nous le connaissons. Il existe toutes sortes de variantes sur le thème exposé par les gnostiques. Aussi la première lettre débute-t-elle par un rappel en termes simples du statut de Jean en tant que témoin oculaire de la venue de Christ (voir Jean 1) : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie – et la vie a été manifestée, et nous l’avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée – ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Assurément ces deux « Jean » sont, l'un et l'autre, des bien-aimés du Seigneur. Tous pensèrent que son corps avait été ressuscité et était monté au ciel, selon la parole de Jésus-Christ répondant à Pierre qui le questionnait sur Jean : « Si je veux qu'il reste jusqu'à ce que je revienne qu'est-ce que cela te fait ? » (versets 3‑6).Jean dit ensuite que la vérité à propos de Christ est ce qui a été enseigné depuis le début. Une voix se fait entendre un temps, puis… elle s'éteint. 3 : 7-12).Puis, cette lampe a été ôtée : il fallait désormais jouir - pour toujours, selon la pensée divine - de la gloire révélée par Celui qui était la Lumière qui, venant dans ce monde, éclaire tout homme (Jean 1 : 9 ; 8 : 12 ; 9 : 5) ! Or quand le soleil brille de tout son éclat, on n'a nul besoin d'une lampe !Le Seigneur est venu en chair, Il a habité au milieu de nous (Jean 1 : 14). Pour son impétuosité il reçut le surnom de Fils du Tonnerre. Son merveilleux éclat est bien supérieur à celui du soleil. D'après les évangiles, Jean assiste à la Transfiguration et à la Passion où il reçoit la garde de Marie. Toutefois, Jean avait déjà exposé dans son Évangile la preuve biblique que Jésus est le Christ. Mais ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. de Zébédée, patron pêcheur à Bethsaïde au bord du lac de Tibériade, et de Salomé appelée aussi Marie Salomé. Son symbole en tant qu'évangéliste dans la tradition du Tétramorphe est l'aigle, d'où le surnom « l'Aigle de Patmos ». Jean veut dire grâce de Dieu, ou en qui est la grâce, ou auquel la grâce a été donnée, ou auquel un don a été fait de la part de Dieu. Jean est fêté le 27 décembre. Et voici de quelle manière il se montra. Dans l’Évangile, figurent quatorze citations pures et simples de l’Ancien Testament – ou des Écritures hébraïques – attestant que Jésus est le Messie. Jean l'évangéliste est présenté avec un livre et un aigle. Autrement dit, elles proviennent des trois grandes divisions de l’Écriture : la Loi, les Prophètes et les Écrits (voir aussi Luc 24 : 44). Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement. Fuyant les persécutions des Romains, il quitta la., et se réfugie à Éphèse ou il réalise des miracles et baptise de nombreuses personnes.qui l'avait envoyé quérir, il lui montra que sa foi en Jésus-Christ était plus forte que toutes les puissances terrestres. Il nous isole de Dieu. » (Jean 20 : 1‑10).L’Évangile se termine en mentionnant de nouveau Pierre et Jean : « Pierre, s’étant retourné, vit venir après eux le disciple que Jésus aimait, celui qui, pendant le souper, s’était penché sur la poitrine de Jésus, et avait dit : Seigneur, qui est celui qui te livre ? Il l'accueillit chez lui et fut le dernier à rester à,La légende chrétienne de l'évangéliste Jean,prêcher avec Pierre, où il montre beaucoup d'ardeur à organiser la jeune,de Palestine.