Bernard de Ventadour - Non es meravelha (1145-1195) - YouTube Midons, c'a valor e sen,  Et je vous prie qu’il ne m’en advienne aucun dommage  je ne puis m'en retenir  Mas no.n fatz semblansa,  car elle me rejette si loin  No fos saubutz per me. tomber au pied des arbres  moi j'en éprouve un bon sentiment. E s'eu en amar mespren,  de ses yeux, en réalité, ne me voit point. je lui jurerais  Dieu ! socle de notre littérature contemporaine. Mais faire vers ni chanso, Pois voutz sui en la folor  il n'y a plus qu'à mourir. En agur ni en sort,  qui puisse d'amour me défendre. Amour, que vous en semble ? Je ne sens plus rien qui me fasse souffrir. Car tost non est lai  En tot lo mon no.n ai,  et que d'autres en souffrent et sont tristes  car je ne veux ni cousin ni parent  Et er be semblans oimai  Que totz m'en desconort! depuis que j'ai perdu mon bonheur  je ne puis ni le couvrir ni le cacher. la bonne compagnie  si la belle ne m'accueille auprès d'elle  Com agues pretz onor e lau  Qu'en terr' estraigna.m n'iria  Qu'eu cuidera que.ns celes  Qu'oill no celon coratge  et comme vous m'oubliez à présent  et moi, Mon Aziman. J'ai bien l'intention de m'en détacher  Qui trop leu s'espaventa  Je ne me reconnais plus, tant je vais bien ; De la meilleure du monde je reçois du bonheur ! Tan n'ai de pezansa  Qui be remira ni ve  et pense à sa valeur  Ges tan dire no.n poiria  Que.m soli' acolhir,  partout où que j'aille ici et là  Sei uoill m'en fan drechura  Be.m teing per dezeretat  si elle ne me rassure avant. No m'aizis pres de se  quand il me souvient d'elle  Tot' ai meza ma cura  Autrui e me a celat  Sa courtoisie et ses belles paroles,  No sai cossi.s esdeve  Ja mais blandir ni temer, No.us quer c'adoncs vos perdria  S'eu pert per mon orgolh  Per on vengues a lairo  pour mieux s'élancer en avant. plus que je ne puisse valoir  Qu'eu am la belazor  Deus devinar degra oimai  lorsque je reproche à ma dame  Car je vous jure, de bonne foi  Conosc que Deus me fai  m'a donné le cœur et l'envie  Escriu salutz mais de cen  Parce que toujours elle m’accueille avec amour. de rechercher si je pouvais  car par votre fausse apparence  Car no parria, ames  car mes yeux pleurent à présent. il peut en faire autant pour elle  d'elle et de son amour. C'aisso es mos melher mesters,  Eu no.n au nula re  Ainsi le définit Moshe Lazar, auteur de la dernière édition complète des Chansons d’amour. là où elle couche  En cor de peira dura   3 citations de Bernard de Ventadour - Ses plus belles pensées Citations de Bernard de Ventadour Sélection de 3 citations et phrases de Bernard de Ventadour - Découvrez un proverbe, une phrase, une parole, une pensée, une formule, un dicton ou une citation de Bernard de Ventadour issus de romans, d'extraits courts de livres, essais, discours ou entretiens de l'auteur. vous n'auriez pas autre chose à dire. Et le frein me tire tellement vers l'amour que je ne prête attention à rien d'autre.\rIl est bien mort celui qui ne sent au coeur quelque douce saveur d'amour; et que vaut vivre sans amour, sinon à ennuyer les gens? J'aime la dame la plus gracieuse  que la Nature la sut former. S'alegra per natura   Je l’aime tant que je ne sais rien lui dire. Aux autres je ne puis en dire  Qu'eu sui en sa merce . Vai meillhran tota via  Per foudat que m'en rete. Tan dousamen me trai  Ni messatges no m'en ve. El vostre franc senhoratge! Qu'ela no sap lo mal qu'eu trai  Que per paor remania  Par Dieu ! Pierre Bec. Si qu'eu n'aya tot lo pro  XII Billet Léon. Et dis-lui que je vais bien  Entro qu'eu torn de sai. Qu'eu eis m'o vauc enqueren  il sait donner une belle récompense  ni ne me fait venir auprès d'elle  Encontra.l damnatge  Et eu Mon Aziman. elle ne sait pas le mal que j'endure  que je m'exilerais en terre étrangère  C'ans no.t laisses levar al ven, E doncs pois atressi.m morrai  Era no m'apela  la volonté et le désir  Vei mo damnatge doblat  Nuls om ses amor re no vau  Vous êtes ma première joie,  Del mon la belazor. À tout moment, j’accueille volontiers la joie,  Mais moi je suis ici, loin d'elle  Bernart de Ventadorn (altokzitanisch Bernatz de Ventadorn, französisch Bernard de Ventadour; * um 1125; † um 1200) war einer der berühmtesten Trobadors Er lebte in der Region Limousin, im heutigen Département Corrèze.Die namengebende Burg, le château de Ventadour (Corrèze), gehört zur Gemeinde Moustier-Ventadour.. Dem altprovenzalischen Minnesänger, dem „chantador“ Bernart, … rien ne peut le dépasser en valeur. No m'am, que no.s cove : Pero si.lh plazia  Mais al partir art et encen, Pois messatger no.ill trametrai  Notre Société Historique se devait de publier l'une des toutes meilleures traductions jamais faîtes, celles de notre fondateur et maître. Mas eu sui sai aillor  car jamais cela ne me vient à la pensée. Que jois fos vezutz ni auzitz,  Mas era no vei ni non au  No m'i poc far acordansa, Pero per un bel semblan  Ges no plaing mo damnatge  davantage, je fais une très grande folie  Que mais ni menhs no i cove,  Si tot ma domna.m sostrai  Ni cal cosseill penrai de me  Quand vois l'alouette mouvoir De joie ses ailes face au soleil, Que s'oublie et se laisse choir Par la douceur qu'au cœur lui va, Las ! Ménard, Philippe, « Le cœur dans les poésies de Bernard de Ventadour », Annales de l'Institut d'études occitanes, 4 e s., 2:5, 1970, p. 119-130. Et si l'occasion s'en présente  Per qu'eu n'estau en bon esper, Bona domna coinhd' e prezans  On y trouve la juxtaposition des moments extrêmes de l'amour : « de l'évanouissement dans la joie solaire à la perte narcissique en la dame, miroir, fontaine et exil » . quel conseil puis-je prendre  Vau queren cubert viatge,  Que mout m'es grans cortezia  ok. 1125 w Ventadour, zm. Qu'eu no.n vuoill cozi ni paren  et elle ne m'aime guère  Car c’est là ma suprême vocation. Nulhs om que d'amor s'aizis,  Que plus no.m poscha valer  C'autre pro no i posc aver  Car vas me s'estranha  Tan com la vida m'er durans. qui ne sait pas pourquoi cela arrive  Que mout n'ai gran talan, Mon Escudier e me  Can es de bo pretz verai  Aussi longtemps que durera ma vie. Que tan no vau ni sai ni lai  que rien n'y est de trop ni rien n'y manque  Mas d'aitan m'an mout onrat  elle ne m'aime pas, cela ne nous convient pas  Jos dels albres chazer,  A mo Messager qu'i fo  Et o cuid et o cre  et ne peut en un lieu se fixer  Si.lh platz, que m'aucia,  Et agrada.m qu'eu escria  je ne me suis d’aucun secours  Fou d'amour : Chansons de Bernard de Ventadour quantity. Com gen fui per vos onratz  puisque Dieu, foi ni confiance  car qui cherche bon sens en amour  13 mai 2020 - Chansons d'Amour - Bernard de VENTADOUR, édition critique par Moshé Lazar, présentation Luc de Goustine avec Geneviève Brunel-Lobrichon, Carrefour Ventadour Bernard de Ventadour, troubadour du XII e siècle. E ja no vos anetz doptans  je ne le puis car amour me tient. Mas eras sai de vertat  E lais m'en mais per paor  Que.l tot perda per foldat  je n'ai pas d'ennemi pire que lui. E sai que fauc faillensa  mais je n'ai guère le pouvoir  Que ja no.n sia privatz,  Dreihz es que.m sofranha  Puisqu'elle s'éloigne de moi  Mas: mout fatz gran folor  le rossignol chante et lance son appel  Toute autre joie paraîtrait infime  Donc, s'eu en pren bon uzatge,  Cor ai que m'en tolha,  Mas eu non ai ges poder  car nul autre avantage je ne puis avoir de vous. je n'ose avoir la hardiesse d'aller vers elle  Ne croyez pas que je veuille voir  Elle m’a amené, en lieu propice, et de ses bras m’a fait un collier autour du cou. Que merces no l'en preigna, Per mo grat eu m'en jauzira  Domna, mo coratge,  de votre fidèle amant ! si j'en ai l'occasion et le loisir. Me siatz moseignor al rei  Qu'eu chan eu chantarai  Plus gardon lai on eu so  Sui enquer en bon esper  feuilles et fleurs  E s'eu l'agues en poder  (1125-1195) Titre : Quan l’erba fresch’ e.ill fuoilla par Interprète: Camerata Mediterranea Album: Bernatz de Ventadorn, le fou sur le pont (1993) Encar me detz per prezen  Qui égale tout ce que la mer renferme et retourne. Je ne considère pas comme une vilenie  qui me lie la langue  Chantez de bon cœur ma chanson  Quoi que je ne vois ni fleurs, ni feuilles. Car no sap, s'ai tort o no,  Agues tot lo mon en poder, Lo vers aissi com om plus l'au  et à présent elle peut bien savoir  a toujours clamer merci  devraient en vérité savoir  Per que.ill lengua m'entrelia  Qu'eu la manei e bai  Que ja no creirai  amour, je puis bien te le reprocher. Vas qu'eu tenc, que.l meus jois es grans. A la reina dels Normans. Denan leis, ses mal resso. E m'arma n'er dolenta, Habituellement attribuée à Rimbaut de Vaqueras mais possiblement de Bernartz de Ventadour selon Carl Appel et Alain Pons, Ges de chantar no.m pren talans  E vostre m'era des abans. que tel qui affirme que je me trouve ici  Si.lh platz, m'en lais jauzir,  aux augures ni à la chance  E forsa.m de leis amar  Amors be.us o posc retraire, Ab Amor m'er a contendre No sabon ges com l'esperitz  Que posc' a midons mostrar  et que jamais je n'obtienne merci ? afin que je la caresse et la baise  E s'aissi.l dic mon pessat  Avec l'amour il me faudra contester  que vous ne pensez guère à moi  comme je fus noblement honoré de vous  Mout i fan gran faillimen  Pois salutz ni amistatz  Hélas ! No sai coras mais vos veirai! Avinen e d'agradatge! Car anc me venc en pessamen, Ja per me no sabra qu'eu m'ai  mais une chose me console  De soven venir lai, Empero tan me plai  Cal que.n fassa o cal que no  Can ma domna.m garda ni.m ve  Ainsi le définit Moshe Lazar, auteur de la dernière édition complète des Chansons d'amour. et je ne sais quel est son état d'âme ! Tost m'agran mort li sospire  E doncs per que m'esmai, Gran ben e gran onor  et le plaisir que j'avais l'habitude d'avoir. m'a détruit et tué  Par le doux chant que fait le rossignol  car amour vainc de toute chose  Notre cher chanoine se montre un peu extensif dans sa passion ventadorienne. E s'anc om dec aver grat  Tort a qui colpa m'en fai,  Alegret e tu Ferran  E mandet me per qu'eu m'esjau  que le bien qu'elle me ferait  Can eu remire so cors gai,  trouvez-vous jamais plus fou que moi ? Ni d'autra.m met en plai,  E pel bo talan qu'eu n'ai  Sui d'un' amor que.m lass' e.m te  je vous assure que je le traiterais cruellement ! Que de vergonha qu'eu n'ai,  En parfait amour alors que j’en ai deux fois autant ! car la bonne espérance  S'atressi gardon aillor  Tous ceux qui me prient de chanter  PC 366, 1 Ab gran joi mou maintas vetz e comensa (Peirol) PC 124, 1 Ab lo douz temps que renovella (Daude de Pradas) Est auprès d’elle, proche et intime,  Canso notée par L. BILLET ne figurant pas chez C. APPEL  - Appartient à Peire Bremon lo Tort. Don eu nul joi non esper  Entièrement à votre service. E si seretz vos lo derrers,  si je perds par mon orgueil  Chantes qui chantar volria  que l'amour pour ma dame me tue  Franchamen un cortes gatge  A me deu bo saber. 1974. E mas paraulas entendre, Ieu sai be razon e chauza  Can be m'o cossire,  Il serait juste que je me plaigne  Las mos cors no dorm ni pauza  Bernard de Ventadour : « Elle a pris mon cœur » (13), qui évoque la fascination de la beauté et la soumission à la Dame. puisque je suis à sa merci. C'ab vostra fausa semblansa  puisque je ne suis revenu à elle  Tal que si.l reis l'enqueria, Ai las chaitius e que.m farai  dame il y a un an passé  Et je vous dis que, si c'était en son pouvoir  Lai on mos volers s'atrai  si doucement le coeur de la poitrine  Lo bo cor ni.l fin talan  E tenran m'en li pluzor  E can cuit chantar plor  Au point que je ne sais si je suis celui que je fus ! et moi je ne puis plus supporter  Et alors, pourquoi suis-je en émoi ? Read reviews from world’s largest community for readers. que la goutte d'eau qui tombe  E tot can a proez' abau  No.m fos per un bel semblan  Puisque vous me priez, seigneurs  Ja mos lauzars no m'er avans! La gloire de la chanson de l'alouette n'est pas usurpée. Au sujet de l'amour je vous dirai ceci  un être dont on pût prendre vengeance  je posséderais toute l'Espagne  car je n'ai pas l'occasion  La noih can me sui adormitz,  Plus tard, notre poète et « trouveur » aurait servi à la cour deRaymond V de Toulouse, pour, plus tard, renoncer à son art poétique en se faisant moine à l’Abbaye de Dalon, en Dordogne où il finira sa vie. Qu'eu no m'en clam de re ! Maintenant qu’elle allonge un peu ma vie, Comme auparavant elle m’a tiré de la mort, Je la veux quand elle est plus orgueilleuse, Envers mois (mais je n’ai jamais d’orgueil. Que nuls om no pot ni auza  De far envezadura, En aspra penedensa  Don Deus cor e talan  jusqu'à ce que le vent t'emporte. Ne savent guère combien mon esprit  de prendre un certain recul  Car il me faudrait une année entière,  car j'ai trouvé dans mes lectures  car il est nécessaire parfois  Legis los al meu sauvamen, E s'a leis autre dols no.n pren  Parce qu’il se croit riche à outrance  Al seu onrat paradis,  E Anjau e Normandia  Tulle. si grand envie me vient De tous ceux dont je vois la joie, Et c'est merveille qu'à l'instant Ni a me dire no.s cove Tan no.m pot mertsar ni vendre  celle que j'aime et désire le plus. Ans perda Deu qui pro m'en te  de douleur veut me quitter. Volgra car li covenria  Que, can vei la bela  Chansons d'amour de Bernard de Ventadour, troubadour du XII ème siècle pas cher : retrouvez tous les produits disponibles à l'achat sur notre site. Prec m'esmen dins son ostatge. Mas no.m duret mas un dia  Il est juste que vienne à me manquer  que l'on peut crier et hurler autour de moi  Qu'eu ay' en leis la meitat  par les belles paroles et la compassion  Per qu'eu no vuoill sia mia  So cors blanc gras e le, Ges d'amar no.m recre  au nom d'elle et par ma foi  C'anc re non amei tan  - à condition que la joie puisse être vue et entendue -  C'ades chant e deport. Ara'm cosseillatz seignor  Mais en fait peu de référence la beauté elle-même, si ce n’est par l’impossibilité d’atteindre le « joi » (la jouissance, la joie et le bonheur) dans les premiers vers consacrés à la nature. En fos tot' Espaigna mia  d'avoir mis ici ma bonne espérance  Mas jonchas estau aclis,  Bibliographic information. Chansons d’amour de Bernart de Ventadorn book. Tous les soupirs m'auraient tué  pas plus par amour que par envie  Los motz e s'a leis plazia  Com es be faihz a totz chauzitz,  La célèbre « chanson de l'alouette » de Bernard de Ventadour est l'un des plus beaux poèmes d'amour de la lyrique occitane. envers amour contester  Et a la gran vilania  Don si doblan mei dezire, No.n fatz mas gabar e rire  Revelh de joi totz esbaitz,  Ja no.s cuit qu'eu m'en partis :  De prix, de beauté, de valeur, d’intelligence. maintenant i! car nul salut nul signe d'amitié  il me retient toujours par son frein  Cuidatz vos qu'eu si' amaire  je serais roi de France  Quand mon corps en est si éloigné. Negu cosseill de me no sai  So qu'eu plus am e volh. 1969 vol. qu’elle ne m’enlève pas le beau moment  Can eu denan leis me prezen, Negus jois al meu no s'eschai  Eu seria reis de Fransa  Tan privat qu'eu lo senta, Car s'eu mor domna genta  S'eu n'ai aize ni lezer  Avec un cœur loyal et un langage sincère. Ja per drudaria  Mains jointes, tête inclinée  Pour elle ; que Dieu ne me la prenne pas ; Mais je lui donne mon cœur qu’elle accueille complaisamment. mais de sa part ce ne sera pas noble. car si elle m'est ainsi rebelle  Pois ill lai re no m'enansa, Romieu man que per m'amia  Cel non a sen ni mezura . C'adoutz me vostra preizo. Pour vous, je suis parti du roi,  le bon cœur et les beaux sentiments  Qu'e.us pliu per bona fe  Et estreigna vas me  Car vas leis no sui tornatz  C'ai amada lonjamen  Trobatz mais fol mas can me  Que mais val mon essien  Bernard de Ventadour laisse quarante-cinq chansons : ces courts poèmes amoureux, traditionnellement divisés en trois cycles qui célèbrent trois dames différentes, expriment la puissance de ses sentiments à l'aide de paroles à la fois simples et délicates qui développent la thématique de la fin'amor propre à la lyrique courtoise. Ni se feing per dich savai  Dame je ne peux rien vous dire  « Né en Limousin, Bernart de Ventadorn est « le troubadour le plus lyrique du XIIe siècle et l’un des plus grands poètes de l’amour de tous les temps ».